L’ingrédient principal de
notre succès : nos clients

INTEGRALE doit accélérer son programme de rétablissement

La Banque Nationale demande de satisfaire aux exigences pour le 30 septembre 2020

Face à la chute des taux à long terme accentuée par la crise sanitaire, face à la dégradation des marchés financiers et, en conséquence, à la baisse de son ratio de couverture des capitaux requis en-dessous de 100%, INTEGRALE avait introduit un programme de rétablissement à la Banque Nationale visant à augmenter ses ratios de solvabilité (voir communiqué de presse du 16 juillet 2020).

Ce plan comportait des actions managériales de réduction de risque et se fondait sur la constatation que son actionnaire principal a entamé un processus de vente de sa participation dans INTEGRALE qui conduirait à un renforcement actionnarial.

Dans un courrier adressé ce mercredi 29 juillet 2020, la Banque Nationale a fait savoir à INTEGRALE qu’elle ne pouvait pas accepter le programme de rétablissement en l’état notamment parce que les mesures qu’il contient ne permettent pas d’assurer que le processus de vente puisse être concrétisé dans un délai permettant de répondre aux dispositions de la législation en matière d’exigence de capital. 

La Banque Nationale requiert d’INTEGRALE qu’elle réponde aux exigences pour le 30 septembre 2020 et qu’elle l’informe de manière régulière sur l’état d’avancement des négociations avec les repreneurs potentiels.   

« Le conseil d’administration se réunira dans les prochains jours pour analyser collégialement la décision de la Banque Nationale et déterminer un plan d'action pour respecter le délai imparti » indique son président, Prof Dr. Michel De Wolf.

Retour vers le haut